L’histoire du piercing

Le piercing se présente aujourd’hui comme une mode très répandue. Il consiste à percer la peau d’une partie du corps pour pouvoir y placer un bijou, le plus souvent un anneau.
Jusqu’au début des années 80, le piercing était réservé à des marginaux comme les gens du voyage, les punks ou les sadomasochistes... Mais cette tendance un temps très underground, vas se démocratiser rapidement dans la mode et ?
On vous raconte ici l’histoire du piercing :

Les débuts du piercing

L’histoire du piercing remonte au moins à l'époque néolithique. En Afrique, les membres de la tribu Mursi avait pour coutume de percer leurs oreilles et leurs lèvres pour pouvoir y insérer des disques d'argiles.
Au Moyen-Orient, plus précisément en Inde et au Pakistan, le piercing au nez se pratique depuis des siècles et continue à se pratiquer encore aujourd’hui.
En Egypte antique, les pharaons portaient aussi des boucles aux oreilles et au nez pour marquer leur supériorité.
Le piercing à la langue, quant à lui, est apparu pour la première fois en Amérique avec les civilisations aztèques et mayas. Ce piercing était réservé aux élites pour leur permettre de communiquer avec les Dieux.
C’est dans la Rome antique qu’on rencontrera les plus anciennes traces de piercings génitaux. Ils étaient utilisés sur les femmes esclaves afin d’empêcher les relations sexuelles entre esclaves.

Le retour du piercing dans les années 70

Durant les années 70, bien que le piercing était considéré comme un accessoire de mode, il était aussi associé à la culture BDSM (Bondage et discipline, domination et soumission,  sadomasochisme) qui recherche la douleur que les piercings peuvent produire lors de l’acte.
C’est de cette culture que vient alors la mauvaise réputation qui était à l’époque associée à la pratique du piercing.

Le piercing du XXIe siècle

La mauvaise réputation longtemps associée à la pratique du piercing n’a pas entrainé pour autant sa disparition. En effet, la coquetterie féminine remet au goût du jour le port des boucles d'oreilles et bien d’autres types de piercings. 
Cependant, chez les hommes, cette pratique est encore plus ou moins marginalisée à l’exception des marins qui font du piercing une véritable coutume.
De nos jours, le piercing se présente comme un moyen esthétique de se différencier par rapport aux conventions tout en étant une pratique répandue pour les piercings traditionnels tels que ceux que l’on pratique sur le lobe des oreilles.
C’est donc aussi une manière d’affirmer son identité en s’exprimant à travers notre corps et en se le réappropriant.

Commentaires

Articles les plus consultés